Rechercher
  • hellocorneliaschra

La fausse bonne piste du spirituel

Il existe une certaine tendance dans le milieu spirituel qui induit qu’avec un peu d’affirmations positives et de méditations tes problèmes et soucis vont disparaître. Que si tu arrives à te surélever de ce bas monde et de t’ouvrir à des lumières et aides célestes, tu seras libre de toutes souffrances et tu vivras enfin la paix intérieure.

Par ailleurs nous assistons aussi à toute une vague de coachs de vie qui te promettent une vie heureuse et réussie, si tu as enfin compris comment mettre de côté ton mental agité et comment visualiser tout ce positif que tu aimerais voir se produire.

Oui, il est indiscutable que la méditation a des effets positifs sur le cerveau et sur ton système nerveux autonome. Il a été prouvé qu’elle augmente ta capacité à la concentration et à la relaxation. Donc méditer, oui, cela ne fera pas de mal.

Oui aussi à prendre conscience du papotage de ton mental jugeant et incessant et de faire des affirmations positives. Oui aussi à essayer d’éprouver da la gratitude et de se réjouir des petits moments joyeux dans la journée, car après tout, le bonheur se trouve dans les petites choses de la vie.

Et pourquoi pas essayer de se connecter à quelque chose de supérieur, (c’est selon tes croyances) et d’avoir recours à une certaine guidance dans la vie (certains appellent cela l’intuition) ce qui peut être par moment d’une grande utilité.

Mais tout cela ne va pas te servir quand tu butes pour une nième fois contre un mur de rejet et de souffrance parce que la relation que tu as tant voulu et espéré se solde avec un échec, car tu étais à nouveau tombé dans le même schéma répétitif et destructeur, tellement familier depuis si longtemps.

Et toute cette démarche spirituelle ne va pas te servir non plus dans ce conflit que tu rencontres à ton boulot avec ton boss qui a une attitude abusive et autoritaire et que tu n’arrives pas à rester ferme et à t’affirmer et ce depuis des années.

Je pourrais continuer à lister encore des exemples, mais je pense que tu as compris.

Chacun a vécu dans son enfance (et même parfois déjà dans le ventre de sa mère) des blessures, des traumatismes (pas nécessairement avec un grand ‘T’) qui ont façonné notre manière de concevoir le monde, les rapports aux autres et le regard que l’on porte sur nous-mêmes. Souvent cela est accompagné par un désir urgent de sauver maman / papa ou au moins de l’aider à porter son fardeau. Par amour, par solidarité, par devoir, par culpabilité, par honte…(à prolonger à souhait). C’est ce qu’on fait. Tous. Plus ou moins. C’est un fait et non pas un jugement. Il y en a qui arrivent à se construire avec et à vivre leur vie sans trop de heurts et de drames. Ce sont souvent des personnes qui ne se posent pas trop de questions et qui suivent un chemin orienté vers le pratique, le matériel, le palpable.

Mais nous, les autres, les sensibles et hyper-sensibles, ceux à fleur-de-peau, ceux qui se posent 36 000 questions à la minute, ceux qui sont sur un chemin de révolte ou sur un chemin de quête, ceux qui veulent faire bouger les choses et bousculer les limites. Ben nous, on a souffert et on continue à souffrir.

Car on se rend compte, même avec tous nos efforts spirituels, intellectuels et transcendants, qu’on arrive pas à sortir de nos souffrances de cette manière.

Et pourquoi donc?

Voyons. Tout ce que nous avons vécu est stocké dans notre corps, dans nos cellules, dans notre ADN et d’une manière plus vaste dans notre champ énergétique. Et en ce qui concerne l’origine de nos souffrances et traumas, ce sont pour la plupart les expériences qu’on a faites dans les premières années de notre vie, jusqu’à nos 6 ans. Alors pour gérer au mieux ces expériences douloureuses et pour mener une vie adaptée et fonctionnelle, on adopte une stratégie: on met ces parties en souffrance de côté. On les dissocie. On les fait tomber dans les oubliettes et les enferme à double tour.

Sauf que, à chaque fois que ton conjoint élève la voix et s’énerve pour une broutille, tu te recroquevilles et tu te paralyses, parce que ton système a allumé le voyant rouge: Alerte! Papa t’as déjà tellement crié dessus et après il y avait des baffes qui se perdaient et c’était si horrible donc il fallait se tenir immobile et faire la morte. Ton système et ton corps ont enregistré voix forte et énervement = danger = faire le mort. Et c’est un processus inconscient qui se déroule dans une fraction de seconde et qui ne peut être contrôlé par ton mental conscient et raisonné.

Ce même mécanisme de protection peut se dérouler dans d’autres circonstances moins dramatiques: dans nos relations amoureuses par exemple. Le nombre de fois ou j’entends dans mes séances: j’aimerais tellement avoir une vraie relation, quelqu’un qui veut s’engager, qui veut construire et pourtant la personne fuit tout homme fiable ou ne prend même pas en considération les hommes qui seraient prêts à s’engager mais qui regardera toujours du côté des garçons instables, indisponibles ou impossibles. Pourquoi? Parce que cela procure tout au fond un sentiment de sécurité. Une partie blessée et dissociée a appris toute petite que amour et proximité égal souffrance donc cette partie, pourtant dissociée, va tout faire pour éviter de retomber dans le même panneau. Plus jamais souffrir. Plutôt fuir qui souffrir.

Ce sont des protecteurs très puissants, des gardes vaillants qui opèrent à ton insu en cherchant à te protéger contre tout danger de souffrir à nouveau. Mais ils agissent en même temps contre ton bien-être puisqu’ils te poussent à te comporter d’une manière qui te dessert et qui t’éloigne de tes aspirations profondes.

Que faire? Comment changer ces processus inconscients et contourner les gardes de nos parties blessées?

Certainement pas en te déconnectant de ce bas monde et en cherchant l’illumination dans des sphères spirituelles élevées. Certainement pas non plus en affirmant tous les jours que tu mérites le meilleur homme sur terre qui est prêt à s’engager en espérant que tes gardes vaillants vont se laisser convaincre de lâcher leur vigilance et leurs techniques de protection.

Non. A chaque fois que tu t’extrais d’une situation de blocage ou de souffrance en t’extirpant de ta réalité et en fuyant dans un mode ‘spiritualité déconnectée’ et ‘relâchement de mes souffrances’ d’ici et maintenant, tu dissocies à nouveau cette partie blessée et tu la relègues à nouveau dans un coin sombre et oublié de ton inconscient où cette partie va continuer à souffrir en silence jusqu’à la prochaine occasion à laquelle elle va se manifester avec plus d’insistance, haut et fort.

On a tous essayé ça. La spiritualité comme moyen de fuite. Comme solution salvatrice. Comme chemin confortable et doux. Sauf que ça ne marche pas.

Malheureusement il faut y aller et regarder. De près. Sonder ton inconscient et ton âme. Se reconnecter avec gentillesse et bienveillance à ton corps et à tout ce qu’il a emmagasiné comme expériences, croyances et douleurs. Lever le voile sur ces parties blessées si bien enfouies et dissociées. Se rapprocher avec douceur de tes gardes qui te protègent si bien pour les rassurer et les contourner. Et finalement entendre ses parties en souffrances qui hurlent et qui pleurent et les comprendre, les choyer et les intégrer au fur et à mesure.

Ceci n’est pas un chemin facile, ni agréable. Et on ne le réussit pas au premier coup. Cela prend du temps, de la volonté, du courage et de la persévérance pour apaiser et intégrer. Pour comprendre et avancer. Pour devenir plus entier et plus toi-même.

Il existe des méthodes et outils pour approcher et intégrer les parties dissociées. Celui qui cherche trouvera quelle méthode lui conviendra et avec quel outil il sera le plus à l’aise. Néanmoins, il faut garder en tête que c’est un travail qui doit inclure toutes les parties de notre être: le corps, l’énergétique et l’inconscient (sachant que le mental n’est pas adapté à pacifier tes parties dissociées).

Je peux vous aider dans cette démarche avec quelques outils que je mets à disposition. Si cela vous parle. Bien évidemment.

Vous trouverez plus d’informations sur mon site 😉

Et sinon…

Belle vie à toutes et à tous. Et courage! ❤


Plus en détail sur ce sujet….


© 2020 by Cornelia Schramm. Proudly created with Wix.com