Rechercher
  • hellocorneliaschra

E.F.T. et l’anxiété – petit tuto

Je pense que chacun d’entre nous a déjà ressenti de l’anxiété dans sa vie.

Ce n’est pas une émotion forte comme la colère ou la peur, c’est plutôt un état de mal-être, souvent un peu diffus, accompagné par un mental agité et par des manifestations corporelles d’étroitesse et de crispation.

Cet état d’anxiété peut être même à ce point subtil que l’on ne le reconnaît pas forcément tout de suite. Il arrive à s’installer sournoisement comme mode de fonctionnement habituel, c’est-à-dire, un système nerveux autonome en mode pré-alerte, un mental agité et un corps tendu.

Et il suffit d’un petit détail pour que tout le système corporel s’emballe et pour que le corps se mette en mode FFF (fight, flight or freeze = se battre, fuir ou faire le mort) et c’est la panique à bord.

On peut dire que l’anxiété représente le pointe de l’iceberg, le petit voyant rouge qui indique: it’s something wrong in here (quelque chose ne tourne pas rond ici ).

Le E.F.T. est une bonne pratique pour se rapprocher tout en douceur de cet état de : je me sens un peu anxieux mais je ne sais pas pourquoi.

(Je ne vais pas te refaire l’explication: comment fonctionne E.F.T. et pourquoi ça fonctionne. Si tu as envie d’en savoir plus, lis mes articles précédents et regarde les vidéos à ce sujet 😉 )

Tout en tapotant dessus, on va enlever la première couche (en énergétique on enlève toujours des couches pour aller plus en profondeur) et après plusieurs rondes on va probablement recevoir une indication de l’origine de cet état anxieux. Un événement passé, une réunion à venir, un conflit en cours, un mot de quelqu’un qui ne t’a pas plu…en résumé: quelque chose assez proche de toi.

Et puis on va tapoter sur le déclencheur immédiat que tu as identifié comme à l’origine de ton état anxieux.

Après plusieurs rondes sur la situation proche de toi, il se peut qu’une autre situation émerge de ta mémoire, un souvenir d’enfance, une phrase, une sensation en rapport avec ton vécu actuel et ton état anxieux. (Ce n’est pas systématique!) Et puis on va y aller aussi pour le tapoter et l’évacuer. En ce qui concerne les situations blessantes de notre enfance, si elles sont vraiment très douloureuses, on n’est heureusement pas obligé de plonger tête la première dans cette souffrance. On peut rester à l’écart, la sentir un peu, sans devoir revivre complètement cette situation éprouvante. Et: le miracle opère: ça marche quand même 😉

Alors parfois il n’y a rien qui vient. Pas une idée pourquoi tu te sens anxieux, pas un seul indice, même après plusieurs rondes de tapotage. A ce moment on va essayer de se reconnecter au corps et aux sensations physiques. A quel endroit je ressens cette anxiété? Elle a quelle couleur, quelle taille, quelle texture? Et on tapote sur ce qu’on ressent dans le corps.

Et parfois rien n’y fait et ça ne marche pas. Zut, pourquoi pas.

Parce que ton système est en mode “autosabotage”. Il trouve ça plus rassurant de garder cette anxiété, car une fois enlevée, qu’est-ce qui va se passer? Qu’est-ce qu’on va trouver derrière? Ce sera peut-être pire. Donc cela peut signifier qu’une partie de toi a besoin de cette anxiété comme protection, comme garde. Cette partie connaît si bien cette anxiété, elle s’est tellement identifiée avec, elle fait désormais partie de ton fonctionnement. Donc, l’idée d’enlever cette anxiété peut être plus angoissante que le fait de la garder et de vivre avec. Inconfortablement. Mais parfois on préfère un inconfort connu à un mieux-être inconnu.

Donc on va travailler avec cette partie qui a besoin de garder l’anxiété. Et on arrive à apaiser cette partie et de contourner ce mode de protection. Et finalement on arrive à évacuer cette anxiété.

Magique? Oui un peu. Instantané? Parfois. Il faut de la persévérance pour dénicher tous ces petits gardes et protections qui ne veulent pas que ça bouge. Il faut contourner, par moment ruser et tenter des approches différents pour arriver à déraciner l’origine. Mais on y arrive.

Comme j’ai déjà expliqué en long et en large, c’est une pratique très simple que tu peux appliquer sur toi-même. Là où ça risque de coincer, quand tu rencontres ta première résistance au changement, lorsque ton premier garde se dresse devant toi. Et il sera sûrement déguisé en amnésie, en agacement ou en ennui pour ne pas se faire pincer. Notre inconscient est si malin pour garder le status quo, qu’il va tout faire pour que tu n’ailles pas là où il faut aller.

Mais, je suis là pour te donner un coup de main si tu le souhaites 😉

En dessous une petite (moyennement longue) vidéo (oui je sais, je suis bavarde et je me perds souvent dans des chemins de travers) pour illustrer de quoi je parle et pour t’inciter à tapoter.

Bon tapotage!

Namaste ❤


© 2020 by Cornelia Schramm. Proudly created with Wix.com